Vendredi 15 Novembre 2019

Kapitalis, le portail d'informations sur la Tunisie et le Maghreb Arabe

Accueil | Société | Tunisie : Un blessé de la révolution crie: «Notre révolution c'est de la foutaise»

Tunisie : Un blessé de la révolution crie: «Notre révolution c'est de la foutaise»

5

juillet

2013

à 12:02

blesses revolution 7 5

Les témoignages de Sedki Hlimi et Jihed Rtibi apportent la preuve que la torture dans les postes de police est toujours en vigueur, un phénomène dont on parle peu.

Par Seif Eddine Akkari

Quand on entend parler des atrocités commises par les régimes de Bourguiba et Ben Ali, on est enclin à croire que de telles pratiques sont révolues. Et pourtant, les atteintes à la dignité humaine n'ont jamais cessé. Même après la révolution de la dignité...

Un blessé de la révolution torturé et violé

L'histoire de Sedki Hlimi remonte aux débuts du mouvement de contestation, qui a éclaté à Kasserine dès le début de 2011. En résistant aux assauts de la police, les manifestants avaient délibérément mis le feu dans le poste de police ainsi que dans quelques bâtiments administratifs symboles de corruption. Avec la chute du régime, ils pensaient que leurs actes de résistance durant les évènements allaient être salués, puisqu'ils ne luttaient pas contre la police en tant que police mais en tant qu'instrument de répression de Ben Ali.

Seulement voilà, le 4 mars 2011, Sedki Hlimi apprend qu'il est recherché par la police. Ne sachant pas quel crime il avait commis, il choisit d'aller éclaircir les choses auprès des forces de l'ordre qui avaient installé leurs quartiers dans la caserne militaire. Il ne ressortira que 6 jours plus tard.

blesses revolution 7 5 2

Les cartes de blessés de la révolution et les... convocations devant les tribunaux. 

«On m'a tout d'abord accusé d'avoir brûlé des bâtiments administratifs et privés. Comme j'ai nié, ils ont commencé à me tabasser», raconte-t-il. Les violences ne se résumaient pas uniquement en des coups. Il ajoute : «Les coups sont les choses les plus faciles à supporter... On m'a également enchainé au plafond, aspergé d'eau et violé». Des pratiques odieuses, qui étaient menées par des agents de police et de... l'armée. «La police n'est pas seule, quelques militaires m'ont également maltraité et torturé», témoigne-t-il.

Refusant de se taire, Sedki a porté plainte contre le chef de la police judiciaire de Kasserine, Nebil Hajri, le 29 mars 2011. Malheureusement, cette dénonciation lui a valu 2 mois de prison, et une tentative de suicide, suite à laquelle le juge d'instruction a décidé de renoncer à l'affaire, faute de preuve.

Les droits humains continuent d'être piétinés

«Rien n'a changé en Tunisie. Toujours les mêmes pratiques, toujours les mêmes plaintes bidons, toujours les mêmes atteintes aux droits de l'homme», crie Sedki, qui en veut clairement à tout le monde, à commencer par ceux qui l'ont torturé, c'est-à-dire des agents de la police et de l'armée, mais aussi aux différents gouvernements depuis Mars 2011, en particulier ceux au pouvoir aujourd'hui.

blesses revolution 7 5 3

Sedki Hlimi et Jihed et Jihed Rtibi dont les cas sont pris en charge par des Ong nationales et internationales.

«Voilà notre récompense, voyez, voici ma carte de blessé de la révolution», dit-il en exhibant un bout de carton. «J'ai cette carte, et on m'a torturé. J'ai cette carte, et on m'accuse de vandalisme. J'ai cette carte, et le tribunal militaire vient de me convoquer parce que j'aurais soi-disant déstabilisé le pays et commis des actes de vandalisme contre des services publics et privés, un crime passible de la peine de mort», déplore le blessé de la révolution.

Que demande aujourd'hui Sedki Hlimi? Réponse : «Qu'ils me laissent tranquille; je veux continuer à vivre ma vie; je n'ai plus à subir leurs menaces». Il se sent menacé par les partisans des partis au pouvoir, les services de l'ordre, et de l'armée également.

«J'étais bénévole dans l'armée, on m'a viré et torturé quand j'ai soutenu Sedki», nous confie Jihed Rtibi. Une armée pointée du doigt pour son rôle depuis la chute du régime Ben Ali.

A quand donc la fin de la torture? Nul ne le sait. N'empêche que c'est une pratique qui devrait cesser dans les plus brefs délais, pour mettre fin à une pratique qui fait tant de mal et de peine aux victimes et à leurs proches.

     

Contact Pub

Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Notre équipe marketing se chargera de vous contacter. Consultez ici  nos dernières statistiques d'audience

leftAdresse: Résidence Omrane 11, Appartement D13 - El Gazella 2038 , Tunisie.
Tél - Fax: (+216)70.935.882 
Email: kapitalis.comCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid