Jeudi 18 Juillet 2019

Kapitalis, le portail d'informations sur la Tunisie et le Maghreb Arabe

Accueil | Politique | Tunisie. Quand Cheikh Mourou dénonce les dérives de ses amis islamistes

Tunisie. Quand Cheikh Mourou dénonce les dérives de ses amis islamistes

21

février

2012

à 07:55

Les propos de Abdelfattah Mourou dans l’émission ‘‘Al Ahad Assiyassi’’ (Dimanche Politique) sur Nessma TV (19 février) ont été du baume au cœur de millions de Tunisiens. Surtout sa critique de l’extrémisme islamique.

Par Rachid Barnat


Le cofondateur, avec Rached Ghannouchi, en Tunisie, du premier Parti de tendance islamique (Mti), devenu par la suite Ennahdha, étonne par sa modération, son raisonnement empreint du malékisme qu’il ne cesse de revendiquer, et dont il rappelle les principes : la bonne mesure en TOUT ; réfléchi et intelligent ; toujours en intelligence avec la réalité de la société tunisienne et de l’époque ; connu pour sa tolérance et son ouverture... alors que Ghannouchi et son parti semblent s’être écartés de ce en quoi Mourou croyait.

«Chaque chat chasse pour lui-même»

Il semble aussi que le discours de Mourou a changé. Se serait-il émancipé de son encombrant ami Ghannouchi ? Réalise-t-il que ses amis sont allés trop loin dans «l’islamisation» à des fins électoralistes de la Tunisie qu’ils livrent à tous les pseudos prêcheurs étrangers, au risque de convertir les Tunisiens au wahhabisme et à d’autres extrémismes d’importation, heurtant par là même la sensibilité tunisienne empreinte d’un malékisme ancestral et bien implantée en Tunisie ?
Ghannouchi aurait-il trompé aussi Mourou comme il a trompé les Tunisiens ?


Abdelfattah Mourou

On sent chez Mourou un attachement viscéral à la Tunisie et à ses valeurs qu’on ne trouve pas chez Ghannouchi. Ce qui trahit chez Mourou un réel nationalisme.

Alors que Ghannouchi ne cache plus son panislamisme ni son panarabisme, reprenant les thèses qui avaient séduit en leur époque Salah Ben Youssef, dont le père de Moncef Marzouki était partisan, ce qui l’a contraint à s’exiler au Maroc.

Tel père tel fils, Marzouki est panarabiste lui aussi, puisque bien que président provisoire, il veut relancer le projet du Grand Maghreb dans l’impasse depuis presque 20 ans ! Et souhaite participer à régler les problèmes des autres (Syrie, Libye…), alors que la Tunisie est toujours empêtrée dans ses propres problèmes ! Ceci explique cela.

Ce qui étonne Mourou de voir ce président s’occuper de «son» panarabisme, comme s’il n’avait pas assez à faire pour les Tunisiens dans la panade ! Il sourit de la naïveté des pan-arabistes qui se persuadent d’unir tous les peuples arabo-musulmans sous la houlette d’un chef unique (de calife diront les panislamistes). Ce qui est une pure lubie, dit Mourou, car chacun voudra être le chef. Ce qu’il résume par le dicton tunisien «Chaque chat chasse pour lui-même».

Mourou a été écouté avec beaucoup d’attention et ses réponses ont semblé satisfaire les 3 animateurs de l’émission ainsi que le public présent sur le plateau de l’émission. J’imagine que ses paroles ont mis du baume au cœur de millions de Tunisiens inquiets et malmenés par les errances du gouvernement Hamadi Jebali.

Ces prêcheurs qui font injure à l’islam

Il a été chaleureusement applaudi pour ses points de vue et ses réponses sur les questions qui agitent la société tunisienne relatives :

- à la religion, au mariage coutumier, à l’excision... qu’il condamne fermement dénonçant le mépris de leurs adeptes pour la femme tunisienne ;

- aux jeunes filles qu’il exhorte à ne pas se laisser embarquer dans ce type de mariage, illégal au regard du droit tunisien, et qui n’honore pas l’islam qui respecte la femme ;

- aux prêcheurs étrangers, qui auraient dû passer par la case du ministère du culte ou de l’éducation pour être autorisés à officier en Tunisie, et non venir par effraction pour semer la zizanie parmi la population, dit-il. Abdelfattah Mourou rappelle aux prêcheurs étrangers qu’ils ne doivent pas confondre la religion avec la tradition culturelle de leur pays d’origine. En cela, rappelle-t-il, ils ont fauté de vouloir convertir les Tunisiens à des pratiques qui leur sont totalement étrangères, au nom d’une lecture erronée des préceptes de l’islam. Ces prêcheurs font injure à l’islam en prônant des inepties, assure-t-il !


Rached Ghannouchi

- à Bourguiba qui, dira-t-il, a réduit le rayonnement de notre célèbre université la Zitouna, préparant ainsi le terrain aux prêcheurs venus d’ailleurs. M. Mourou a exprimé le regret que Bourguiba ait démantelé cette institution célèbre dans toute l’Afrique du Nord et ailleurs et qui aurait pu accompagner la politique de modernisation de la Tunisie, dans un esprit d’ouverture en poursuivant son travail de réflexion ;

- aux droits de la femme, dont la Tunisienne est la première à avoir bénéficié, puisque le contrat de mariage existait bien avant l’indépendance. Ces droits doivent être maintenus et complétés, affirme-t-il ;

- au statut de la famille et de la femme, uniques en leur genre dans la région, et qui doivent être préservés eux aussi. Mieux encore, pensons-nous, ces droits doivent être poussés plus loin pour atteindre l’égalité entre homme et femme en matière d’héritage, en finalisant le droit des femmes à l’héritage.

M. Mourou exhorte, d’ailleurs, les femmes à continuer de défendre leurs droits ! Il rappellera que la constitution de 1959 est inspirée par la chariâa de l’imam Malek. Par conséquent, il pense que quelques modifications nécessaires suffiraient pour donner aux Tunisiens la constitution attendue. Il recommande même que l’on conserve en l’état l’article 1 de cette constitution ! Et insiste pour que celle-ci ne fasse pas l’objet de calcul partisan et réunisse le consensus le plus large possible pour que les Tunisiens ne soient pas obligés d’en changer tous les 5 ans. A ceux qui se hasarderaient à ce calcul, il rappelle que le peuple les «dégagera» comme il a dégagé Ben Ali.

L’essentiel est d’empêcher les dérives totalitaires

M. Mourou rappelle au gouvernement Jebali qu’il est provisoire et en tant que tel, les Tunisiens n’attendent pas de lui de faire des plans et des projets sur 5 ou 10 ans : son rôle est de parer au plus urgent. Car avoue-t-il, ce gouvernement n’a pas de programme économique : c’est tout juste si le parti Ennahdha commence à en élaborer un.

Juriste (étant lui même avocat) et légaliste, M. Mourou rappelle au gouvernement et à ses amis d’Ennahdha les règles démocratiques : il précise que ni le président ni le Premier ministre n’ont été élus par le peuple. Ce qui sous-entend qu’ils n’ont pas la légitimité nécessaire pour outrepasser le rôle que les constituants leur ont affecté.

Quant au choix entre régime présidentiel ou parlementaire : il rappelle que les deux peuvent conduire vers une dictature.

Donc, rappelle-t-il aux constituants, l’essentiel est de trouver les parades pour empêcher les dérives totalitaires. Il s’étonne, à ce propos, qu’on n’ait pas donné plus de places et de postes de responsabilité à la jeunesse tunisienne, pourtant à l’origine de la révolution tunisienne.

Inutile de dire que le cheikh, qui s’exprime dans un style tunisois truffé d’anecdotes et de citations populaires, qui le rapprochent des Tunisiens, rassure. Serait-il un rempart aux dérives de ses anciens amis d’Ennahdha ? Il faut l’espérer.

Avant les élections d’octobre 2011, j’avais rédigé un article intitulé ‘‘Pour une Tunisie sage un président sage : Yadh Ben Achour’’, un sorte d’appel à Yadh Ben Achour, auteur de ‘‘La deuxième Fatiha’’, dans lequel je soulignais qu’il me paraissait le mieux placé parce qu’il était à la fois attaché à la culture musulmane de la Tunisie mais aussi ouvert à la démocratie et au respect des droits de l’homme.

Il me semble que Mourou pourrait lui aussi jouer ce rôle de pivot central entre les partisans d’un parti respectant la culture musulmane tunisienne et les progressistes. Il faudra y venir car la Tunisie n’a rien à gagner à cette division que l’on sent de plus en plus profonde qui n’est que le résultat de l’extrémisme alors que le génie de ce peuple est dans la modération.

Certains expriment une grande méfiance à l’égard d’Abdelfattah Mourou qui aurait tenu, dans le passé, d’autres discours. Qui n’évolue pas ? L’essentiel pour les Tunisiens n’est-il pas que les choses soient clairement dites : ils ne veulent pas d’un islam de combat, venu de pays étrangers et complètement étranger à leur culture.

Que Mourou dise clairement que les Tunisiens sont des Malékites, tolérants, ouverts et pacifistes mais ne sont ni des salafistes ni wahhabites, c’est très bien. Il faut lui en savoir gré de le rappeler à tous ceux qui voudraient diviser les Tunisiens en une multitude d’obédiences à des fins politiques intérieures mais aussi extérieures. Car il est connu, pour régner il vaut mieux diviser.

Or, les premiers bénéficiaires de la divisions des Tunisiens sont ceux qui financent l’extrémisme et sèment la fitna parmi eux : les monarques d’Arabie et du Golfe qui font tout pour faire avorter la révolution tunisienne, trop dangereuse pour leur trône et leur propre survie.

Il était temps qu’un tel homme, cofondateur d’Ennahdha mais très imbu de l’islam modéré de la Zitouna remette les pendules à l’heure et rappelle à ses amis d’Ennahdha que la Tunisie est malékite depuis des millénaires, et qu’il leur faut par conséquent respecter l’identité tunisienne façonnée par cette obédience.

     

Contact Pub

Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Notre équipe marketing se chargera de vous contacter. Consultez ici  nos dernières statistiques d'audience

leftAdresse: Résidence Omrane 11, Appartement D13 - El Gazella 2038 , Tunisie.
Tél - Fax: (+216)70.935.882 
Email: kapitalis.comCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid