Menu Style

Cpanel

Jeudi 23 Octobre 2014

Kapitalis, le portail d'informations sur la Tunisie et le Maghreb Arabe

Accueil | Politique | Tunisie. Belhassen Trabelsi ne sera pas jugé avant… 7 ans!

Tunisie. Belhassen Trabelsi ne sera pas jugé avant… 7 ans!

31

janvier

2011

à 13:44

belhassen trabelsi
«Cet individu n’est pas le bienvenu ici», a déclaré le ministre canadien des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, à propos du beau-frère du dictateur Ben Ali. Mais il n’est pas question de le livrer aux autorités tunisiennes.


Arrivé à Montréal depuis un peu plus d’une semaine en compagnie de sa femme, de ses enfants et de leur nourrice, Belhassen Trabelsi a aussitôt demandé le statut de réfugié. Cela a été confirmé hier par le gouvernement canadien.
Par conséquent, la révocation du statut de résident permanent au Canada, qui lui fut signifié, parce qu’il ne répondait pas aux exigences, ne sera pas suivie automatiquement par son extradition en Tunisie. Et pour cause: toute personne qui fait une telle demande au Canada obtient une audience et a droit à une évaluation du risque que poserait sa déportation éventuelle. Le processus peut prendre jusqu’à sept ans.
«Nous gouvernons un pays qui a une législation en place. La loi est prioritaire. L’individu se fait offrir une protection en vertu de ces lois et peut donc se prévaloir des outils mis à sa disposition», a expliqué M. Cannon.
Ce à quoi a répondu le député néo-démocrate canadien Paul Dewar: «Il y a une distinction entre s’enfuir en bateau du Sri Lanka et fuir les palais de Tunis, capitale de la Tunisie.» Et d’ajouter : «Nous devons nous efforcer de resserrer les règles à ce sujet». Le gouvernement canadien aura-t-il le courage d’interpréter les lois du pays de manière à pouvoir répondre à la demande des Tunisiens? Wait and see…

 

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4

Tunisie. Belhassen Trabelsi ne sera pas jugé avant… 7 ans!

«Cet individu n’est pas le bienvenu ici», a déclaré le ministre canadien des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, à propos du beau-frère du dictateur Ben Ali. Mais il n’est pas question de le livrer aux autorités tunisiennes.

Arrivé à Montréal depuis un peu plus d’une semaine en compagnie de sa femme, de ses enfants et de leur nourrice, Belhassen Trabelsi a aussitôt demandé le statut de réfugié. Cela a été confirmé hier par le gouvernement canadien.

Par conséquent, la révocation du statut de résident permanent au Canada, qui lui fut signifié, parce qu’il ne répondait pas aux exigences, ne sera pas suivie automatiquement par son extradition en Tunisie. Et pour cause: toute personne qui fait une telle demande au Canada obtient une audience et a droit à une évaluation du risque que poserait sa déportation éventuelle. Le processus peut prendre jusqu’à sept ans.

«Nous gouvernons un pays qui a une législation en place. La loi est prioritaire. L’individu se fait offrir une protection en vertu de ces lois et peut donc se prévaloir des outils mis à sa disposition», a expliqué M. Cannon.

Ce à quoi a répondu le député néo-démocrate canadien Paul Dewar: «Il y a une distinction entre s’enfuir en bateau du Sri Lanka et fuir les palais de Tunis, capitale de la Tunisie.» Et d’ajouter : «Nous devons nous efforcer de resserrer les règles à ce sujet». Le gouvernement canadien aura-t-il le courage d’interpréter les lois du pays de manière à pouvoir répondre à la demande des Tunisiens? Wait and see…
   
leftAdresse: Résidence Omrane 11, Appartement D13 - El Gazella 2038 , Tunisie.
Tél - Fax: (+216)70.935.882 
Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid

Contact Pub

Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Notre équipe marketing se chargera de vous contacter. Consultez ici  nos dernières statistiques d'audience