Tunisie. Une affaire de gros sous paralyse la municipalité de Sidi Bou Saïd

21

février

2012

à 16:40

Un groupe de personnes, une centaine environ, ont envahi samedi le siège de la municipalité de Sidi Bou Saïd dans une tentative de destituer la délégation spéciale.


«Le groupe a mis la main sur des documents administratifs et a constitué un comité, appelé conseil provisoire de gestion des affaires courantes, sensé remplacer la délégation spéciale désignée légalement», a expliqué lundi à l’agence Tap le président de la délégation spéciale de la commune de Sidi Bou Saïd, Raouf Dakhlaoui.

Les véritables motivations des personnes qui sont derrière ces événements, révèle M. Dakhlaoui, sont relatives à l’ancien régime. Il s’agit, précise-t-il, de la famille de «Nabil Ben Chaabane, un ami de Sakhr El Materi, qui avait acheté l’hôtel Sidi Bou Fares à une société dont la mairie de Sidi Bou Said détient 94% du capital, contre la somme dérisoire de 120.000 dinars». Le rapport d’expertise préliminaire établi par le ministère des Domaines de l’Etat estime la valeur de cet hôtel à 1,245 million de dinars.

«Ce mouvement de protestation a été initié pour empêcher la délégation spéciale de défendre les intérêts de la commune suite à la plainte en justice déposée par la Municipalité pour poursuivre toutes les personnes impliquées dans la vente et restituer le bien du village», dénonce M. Dakhlaoui.

Source : Tap.