Lundi 17 Février 2020

Kapitalis, le portail d'informations sur la Tunisie et le Maghreb Arabe

Accueil | Politique | L’armée tunisienne lève un coin de voile sur les ''snipers''!

L’armée tunisienne lève un coin de voile sur les ''snipers''!

19

août

2011

à 19:23


Le gouvernement était allé jusqu’à nier l’existence des snipers pendant la révolution, le tribunal militaire, qui a mené l’enquête, est catégorique: des agents de sécurité ont tué et doivent être jugés.
Par Zohra Abid


Sur les snipers, le colonel  Marouan Bouguerra (procureur général à la direction de la justice militaire) a mis des projecteurs sur des faits et déclaré, vendredi aux médias, qu’il reste quelques zones d’ombre.

Des agents de sécurité ont tué
«Nous n’avons pas cessé d’enquêter. On est allé voir auprès de 400 témoins et des blessés. On a examiné des rapports médicaux, des vidéos et des rapports d’expertise pour connaître les armes utilisées pendant les événements de la révolution. Nous avons ordonné, avec l’accord des familles (et ce n’était pas facile), d’exhumer trois corps de personnes tuées par balle pour voir l’origine de la mort ainsi que celle de l’arme utilisée», a déclaré M. Bouguerra. C’est ainsi que «la justice militaire a pu réunir des éléments et soumis une série d’affaires aux juges d’instruction pour complément d’enquête qui a duré trois mois...».
Le pays ne dispose certes pas d’une vraie brigade de tireurs d’élite spécialisés, mais «ceux qui ont tiré sur des manifestants pacifiques sont des agents de la sécurité ayant porté à la manière des snipers des cagoules et visé la tête ou la poitrine de leurs victimes», a précisé le colonel.
Selon M. Bouguerra, ces individus sont des professionnels qui savent où se cacher et le moment précis pour tirer dans le but de tuer et de semer la peur chez les civils. Au tribunal militaire de Tunis, il y a actuellement 256 affaires pour meurtre devant le juge d’instruction dont 180 sont réunies dans une seule affaire qui sera examinée avant la fin d’août.

Ben Ali impliqué dans tous les meurtres
«Parmi les accusés pour meurtre, l’ancien président et deux de ses ministres de l’Intérieur, qui ont donné l’ordre de tuer pendant la période du 17 décembre et le 14 janvier», a souligné M. Bouguerra. Il s’agit, à l’évidence, de Rafik Haj Kacem, en détention, et d’Ahmed Friaa, entendu par la justice et laissé en liberté.

«Le tribunal militaire de Tunis n’est pas le seul habilité à examiner ces affaires», a dit M. Bouguerra, ajoutant que 68 autres affaires du même genre seront jugées à Sfax. Actuellement, le Tribunal du Kef est en train d’enquêter sur le meurtre des 22 martyrs de la région : Tala (6 victimes), Kasserine (14), Tajerouine (1) et Kairouan (1). Selon le juge d’instruction, toutes les victimes sont mortes par balles réelles sauf une fillette et un homme morts asphyxiés par les gaz lacrymogènes.  
Selon le représentant du tribunal militaire, il y a 602 blessés dont plusieurs sont handicapés à vie.

Le Premier ministre avait pourtant nié
Interrogé à plusieurs reprises à propos des snipers qui ont tiré sur des civils, le Premier ministre, Beji Caïd Essebsi, avait toujours nié avoir eu connaissance de dossier lié à ces snippers. C’est la réponse qu’il avait donnée à une question relative à ce sujet lors d’une récente interview à la chaîne qatarie Al Jazira. Ce qui n’a pas arrangé l’image du gouvernement provisoire, accusé par l’opinion de vouloir assurer l’impunité aux assassins des martyrs de la révolution.  
D’un autre côté, Taoufik Bouderbala, président de la Commission nationale d’investigation sur les abus et les violations enregistrés lors de la révolution, a toujours dit qu’il y a eu des «qannaça» et que les martyrs n’ont pas été tués par des fantômes. A chaque fois où M. Bouderbala a rencontré la presse, il maintenait ses affirmations et déclarait qu’il détenait des noms et des preuves.
Les manifestations de Kasbah 3 et du 15 août ont-elles contraint le gouvernement à revoir sa stratégie et à sortir les cadavres des placards? On peut le penser, en attendant de voir si les jugements vont vraiment être accélérés, pour calmer les esprits et apaiser la colère de la rue.          
Lire aussi :  
Tunisie. Taoufik Bouderbala lève le mystère des snipers

     

Contact Pub

Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Notre équipe marketing se chargera de vous contacter. Consultez ici  nos dernières statistiques d'audience

leftAdresse: Résidence Omrane 11, Appartement D13 - El Gazella 2038 , Tunisie.
Tél - Fax: (+216)70.935.882 
Email: kapitalis.comCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid