La Tunisie appelée à sauver Baghdadi Mahmoudi de la potence

21

mai

2015

à 14:55

Baghdadi MahmoudiMabrouk Kourchid, avocat de Baghdadi Mahmoudi, a appelé l’Etat tunisien à intervenir pour sauver l’ex-chef du gouvernement libyen de la pendaison.

Me Kourchid a affirmé qu’après son extradition de la Tunisie, l’ancien responsable a été torturé dans son pays, ajoutant qu’il risque d’être condamné à mort et que ce verdict pourrait être exécuté.

Me Kourchid a aussi indiqué que le comité de défense de Baghdadi Mahmoudi, composé d’avocats internationaux, a été empêché, mercredi 20 mai 2015, d’assister au procès qui se déroule dans une caserne.

Le comité a aussi envoyé une correspondance à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), appelant les députés à ouvrir une enquête sur les dessous de la décision d’extrader Baghdadi Mahmoudi dans son pays où sa sécurité n’était pas garantie.

Cette extradition, qui remonte au 24 juin 2012, a été décidée par l’ancien chef du gouvernement provisoire Hamadi Jebali, en accord avec l’ancien président provisoire de la République Moncef Marzouki.

Baghdadi Mahmoudi

Baghdadi Mahmoudi conduit au tribunal par ses géôliers. 

Selon Me Marcel Ceccaldi, qui assure la défense de l'ex-Premier ministre libyen, la décision d’extradition avait été négociée, le 5 mai de la même année, dans un hôtel parisien entre un représentant du Conseil national libyen (CNL) et un représentant du parti islamiste Ennahdha, qui conduisait alors le gouvernement.

De mauvaises langues prétendent qu’une partie tunisienne a reçu une contrepartie financière (on avait alors parlé de 150 millions de dinars) contre cette opération.

Y. N. M.