Lundi 21 Octobre 2019

Kapitalis, le portail d'informations sur la Tunisie et le Maghreb Arabe

Accueil | Media | Rencontre avec la blogueuse tuniso-suisse Djemâa Chraiti

Rencontre avec la blogueuse tuniso-suisse Djemâa Chraiti

29

avril

2011

à 09:01


Rencontre improbable à Genève entre deux blogueurs d’origine tunisienne au style différent. Le chasseur d’images pourfendeur des contradictions et la blogueuse romancière.
Par Haykel Ezzeddine, Genève


Cela fait maintenant un peu plus de deux ans qu’on se connait virtuellement à travers nos blogs. Et le destin nous a enfin réunis autour d’une table dans un restaurant turc de qualité à la Rue du Cendrier (Genève). On se lisait mutuellement on s’envoyait des mails et on gérait ensemble un blog collectif sur la plate-forme de la ‘‘Tribune de Genève’’. Le «on» se conjugue avec moi votre serviteur et l’une des blogueuses les plus brillantes de la Suisse romande: Djemâa Chraiti.
Rencontre improbable entre deux blogueurs d’origine tunisienne au style différent. Le chasseur d’images, pourfendeur des contradictions et la blogueuse romancière. Une heure et demi de pur bonheur, le temps qu’a duré le déjeuner. Djemâa est pressée. Elle a un rendez-vous à Plainpalais qu’elle ne peut décommander. Le rendez-vous est pris pour plus tard dans un bistrot à côté de la gare. J’avais des questions à lui poser sur les blogs.
La première impression est généralement la meilleure. Djemâa Chraiti ne laisse pas indifférent. Elle a un caractère bien trempé. Exubérante, mais rien d’excessif. Une boule d’énergie. Le temps passe vite en sa compagnie.

Djemâa est un roman!
Elle a mille et un projets, je ne sais pas si elle arrive à suivre le rythme qu’elle s’impose. Certainement, vu qu’elle se réserve des plages de détente et des «absences» des blogs... pour «rêvasser» et «contempler les nuages». C’est de là qu’elle puise son inspiration. Celle qui lui a permis d’écrire plusieurs romans, d’entretenir trois blogs, de s’occuper de ses enfants, de travailler, de lutter pour dévoiler la vérité et donner une sépulture à son père, Lazhar Chraïti, militant nationaliste condamné à mort sous l’ancien président Bouguiba, de voyager, de vivre pleinement chaque instant de la vie.
Djemâa Chraiti est un roman qui se vit au présent, ouvert sur les autres. Les autres se sont les communautés étrangères qu’elle continue à côtoyer... nombreuses et diversifiées comme ses nombreuses qualités. Avec elle, on est toujours gagnant. Elle m’a raconté plusieurs histoires et m’a donné envie d’acheter un livre de nouvelles ‘‘Kiss Kiss’’ de Roald Dahl. Et je l’ai acheté! Elle a un grand talent, celui de raconter des histoires. Elle a ce don naturel de transformer le récit le plus banal en un conte de fées.

PS: Djemâa Chraiti sera présente au Salon du livre de Genève le vendredi 29 avril


A lire également:
La fille de Lazhar Chraiti récompensée à Genève
Djemâa Chraiti, une tunisienne à l'honneur en Suisse

Les Arabes et Syrie: silence = complicité = morts
On aurait aimé entendre la Tunisie et l’Egypte réagir, élever la voix. La tragédie syrienne illustre une fois de plus la faillite de la diplomatie arabe. Nos Etats ne doivent plus continuer à tolérer que des gouvernements «frères» massacrent leurs peuples en toute impunité. Par Samy Ghorbal.
La Tunisie, qui s’est libérée de la tyrannie le 14 janvier, goûte sa liberté retrouvée et se prépare à des échéances cruciales. Dans un peu moins de trois mois, le 24 juillet, elle vivra les premières élections libres et disputées de son histoire. Mais la fébrilité qui entoure ce rendez-vous décisif ne peut pas nous faire oublier qu’ailleurs, dans le monde arabe, des peuples frères souffrent et se battent pour le triomphe des idées de justice et de liberté.
En Syrie, l’insurrection entre dans sa sixième semaine. Et la répression ne faiblit pas. Le summum (provisoire) de l’horreur a été atteint vendredi dernier, quand 82 personnes ont été tuées dans la même journée. Le lendemain, 17 autres personnes, qui assistaient aux funérailles de leurs proches, ont encore été massacrées. Lundi 25 avril, l’armée, appuyée par des chars, est entrée dans la ville martyre de Deraa, épicentre et symbole d’une révolution qui tente désespérément de se frayer un chemin vers la lumière.
Le régime de Bachar El Assad, confronté depuis des semaines à un soulèvement inédit, s’est rendu coupable d’agissements inexcusables. Il a perpétré des crimes contre son peuple. Pourtant, la plupart des dirigeants et des intellectuels arabes, qui ont été presque unanimes à condamner les atrocités de Mouammar Kadhafi en Libye, observent un mutisme gêné dans le cas de la Syrie. Ils prennent des gants. Quant à la Ligue arabe, elle est aux abonnés absents...
La Syrie, une place à part dans l’imaginaire arabe
Pourquoi cette inhibition, pourquoi cette mansuétude, alors que personne ne nourrit d’illusions sur la véritable nature du régime en place à Damas?
Parce que la Syrie occupe une place à part dans l’imaginaire arabe. Grâce au califat omeyyade, sa civilisation a rayonné de mille feux. Plus encore que l’Egypte, elle incarne la quintessence de l’arabité et de l’arabisme. Avec le Liban, elle a sans doute payé le plus lourd tribut à la lutte arabe. Une partie de son territoire – le Golan – est encore, à ce jour, occupé par Israël, pays avec lequel elle est restée en état de belligérance, contrairement à l’Egypte et à la Jordanie. Enfin, et peut-être surtout, la Syrie est le berceau du nationalisme arabe. C’est la patrie de Michel Aflak et de Salah-Eddine Bitar, fondateurs et théoriciens du parti Baath. En un sens, toute l’idéologie arabe contemporaine prend sa source en Syrie.
La Syrie n’est donc pas un pays comme un autre. Mais précisément, c’est parce que la Syrie représente la quintessence de l’arabisme que tous ceux qui, de l’Atlantique aux rivages du Golfe, se réclament de l’héritage politique et spirituel de l’arabité, n’ont pas le droit de se taire et de détourner les yeux du massacre à huis-clos. Il ne doit pas y avoir d’équivalence possible entre les agissements des forces de sécurité syriennes et l’idée arabe. En faisant tirer sur son peuple de cette manière, avec une telle sauvagerie, Bachar El Assad s’est rabaissé au niveau de Zine El Abidine Ben Ali, de Hosni Moubarak, de Mouammar Kadhafi et d’Ali Abdallah Saleh. Il faut le dire clairement, sans faux-semblants: Bachar El Assad, Mouammar Kadhafi et Ali Abdallah Saleh ont perpétré des crimes contre leur peuple. Ces crimes doivent cesser. Immédiatement. Il faut les faire cesser.  
La «diplomatie de l’autruche»
Cela fait maintenant des décennies que les Arabes, dès qu’ils sont entre eux, pratiquent la diplomatie de l’autruche. Le principe de non-ingérence a tenu lieu d’unique boussole dans leurs rapports. La révolution arabe vient de rendre caduc ce principe de non-immixtion absolue dans les affaires intérieures d’un autre Etat arabe. Aujourd’hui, l’indifférence n’est plus permise. Car ce serait une faute morale, doublée d’une erreur politique.
Le «droit d’ingérence», théorisé par les puissances occidentales, a le plus souvent servi de justification morale aux entreprises impérialistes, et les Arabes, Etats et peuples confondus, en ont trop souvent fait les frais. Mais sommes-nous exempts de tout reproche? N’avons-nous pas donné des verges pour nous faire battre? N’est-ce pas l’incapacité collective des Arabes et leur incapacité récurrente à résoudre les crises humanitaires frappant tel ou tel pays membre de la Ligue arabe qui ont rendu possible l’exercice de ce «droit d’ingérence» par des pays tiers? Si la Ligue arabe avait su se montrer à la hauteur de ses responsabilités et à la hauteur des espoirs placés en elle par ses peuples au moment de sa création, jamais aucun de ses membres n’aurait eu à subir le droit d’ingérence occidental. En tant qu’Arabe, en tant qu’Africain, et en tant qu’ex-colonisé, nous sommes désolés de devoir assister au spectacle quotidien des bombardements de l’Alliance atlantique sur la Libye. Cela nous évoque de biens amers souvenirs. Mais n’aurait-il pas été encore plus désolant d’assister sans broncher au massacre de milliers de civils innocents à Benghazi et à Misrata? Encore une fois, c’est parce que les pays arabes ont été incapables d’imposer une zone d’exclusion aérienne et d’agir concrètement en faveur des révolutionnaires libyens que la France, l’Angleterre, les Etats-Unis, l’Alliance atlantique et le Qatar sont allés à la bataille, avec l’aval des Nations unies.  
Nous ne pouvons pas continuer à raisonner comme si rien ne s’était passé depuis le 14 janvier. Les peuples arabes ont apporté un démenti cinglant et magnifique à tous ceux qui s’obstinaient à les dépeindre comme «culturellement étrangers» à l’idée de liberté. Ils ont prouvé leur maturité. Ils se sont réconciliés avec le mouvement de la civilisation. Ils aspirent, à l’instar des autres peuples, à la justice, à la dignité et à la modernité politique. Il leur appartient de définir chacun, en toute souveraineté, les formes de cette modernité. Mais il nous appartient à tous de faire en sorte que cette aspiration ne soit pas étouffée dans un bain de sang. Longtemps on a dit, pour se donner bonne conscience: les peuples arabes ont les dirigeants qu’ils méritent. C’était faux. Les peuples de Libye, du Yémen et de Syrie n’ont pas les dirigeants qu’ils méritent. Les Etats qui les «représentaient» ont confisqué une idéologie libératrice, l’idéologie arabe, et l’ont transformée en instrument d’oppression d’une brutalité inouïe.
Une «Coalition arabe pour la paix», pour sortir de l’ornière de la Ligue
La Ligue arabe doit tirer les enseignements de la révolution arabe. En est-elle capable? Est-elle capable de se hisser à la hauteur de l’événement? Il faut le souhaiter. Ne risque-t-elle pas d’être paralysée par la règle du vote à l’unanimité, qui limite considérablement toute perspective de réforme? On peut le craindre. Faut-il alors se résoudre à baisser les bras? Non. A situation exceptionnelle, réponses exceptionnelles.
Peut-être devrions-nous réfléchir à fonder une Coalition arabe pour la paix. L’adhésion se ferait sur une base volontaire et la coalition réunirait des Etats arabes qui ne partageraient pas forcément les mêmes orientations politiques, économiques et sociétales, mais qui seraient tous également attachés aux standards minimaux des droits de l’homme. Ces Etats, démocratiques ou pas, s’astreindraient à ne pas tirer sur leurs peuples et à ne pas commettre de violations massives des droits de l’homme. Des jeunes démocraties, ou des pays en transition vers la démocratie, comme la Tunisie, l’Egypte, le Maroc, la Jordanie, les Comores, des monarchies du Golfe, le Koweït, le Qatar, les Emirats, et d’autres encore, auraient naturellement vocation à intégrer cet ensemble.
Chaque pays, lors de son adhésion, prendrait l’engagement solennel, devant son peuple et devant ses pairs, à ne jamais user de moyens répressifs disproportionnés pour rétablir un ordre menacé par des manifestations. L’adhésion entraînerait l’obligation de se soumettre au jugement de ses pairs et d’en tirer les conséquences qui en découlent. Celles-ci iraient de la simple remontrance au déploiement d’une force arabe d’interposition et de protection des populations civiles. La création de cette coalition entraînerait celle d’une Force arabe de réaction rapide (Farr). Dotée de moyens militaires, afin d’être crédible et dissuasive, cette force aurait d’abord une vocation humanitaire. Et serait astreinte à la plus stricte neutralité. Chacun des pays de la coalition contribuerait à son déploiement, à la hauteur de ses moyens. Si un des pays en proie à de graves troubles refusait à se plier aux injonctions de la coalition et s’opposait au déploiement des brigades de la paix, il verrait son adhésion révoquée. Sa position, sur la scène arabe et internationale, s’en trouverait alors considérablement fragilisée. En refusant d’obtempérer, il se placerait au ban des Nations.
On pourrait aussi, dans un second temps, envisager un élargissement de cette Coalition pour la paix à d’autres nations musulmanes limitrophes et partageant les mêmes idéaux humanitaires, comme la Turquie par exemple. Et on pourrait imaginer que les brigades de la Farr, dûment mandatées par la communauté internationale, puissent servir de force d’interposition dans des situations conflictuelles, à Gaza ou au Liban Sud. Et ce afin de faire respecter et garantir des cessez-le-feu précaires.   
Ces idées doivent être discutées, abordées d’urgence au sein de la Ligue arabe ou en dehors. La Tunisie et l’Egypte, parce qu’elles ont impulsé la révolution arabe, s’honoreraient à poser les jalons d’une telle alliance. Les Etats arabes ne doivent plus continuer à tolérer que des gouvernements massacrent leurs peuples en toute impunité.
* Journaliste.

     

Contact Pub

Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Notre équipe marketing se chargera de vous contacter. Consultez ici  nos dernières statistiques d'audience

leftAdresse: Résidence Omrane 11, Appartement D13 - El Gazella 2038 , Tunisie.
Tél - Fax: (+216)70.935.882 
Email: kapitalis.comCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid