Dimanche 07 Juin 2020

Kapitalis, le portail d'informations sur la Tunisie et le Maghreb Arabe

Accueil | Economie | Tunisie Telecom et les voleurs de câbles en cuivre

Tunisie Telecom et les voleurs de câbles en cuivre

30

novembre

2011

à 07:52

Pour mettre fin aux vols répétitifs des câbles en cuivre et mieux satisfaire ses abonnés, Tunisie Telecom a décidé d’accélérer la généralisation des câbles à fibres optiques.

Par Zohra Abid


Il s’agit d’une solution radicale. D’abord, pour remplacer peu à peu l’ancien réseau de câbles en cuivre, devenu la cible des pilleurs. Ensuite, pour offrir un débit d’informations nettement supérieur à l’ancien. «C’est une décision stratégique de la direction. Ce projet a été entamé depuis quelques années dans plusieurs zones industrielles et il va progressivement s’étaler jusqu’à la couverture de toutes les régions du pays», a affirmé à Kapitalis Moez Ben Mahmoud, de Tunisie Telecom (TT).

349 vols et autant d’affaires devant les tribunaux

Les câbles souterrains demandent beaucoup de temps et d’argent. «Malgré les difficultés affrontées et les dégâts subis au lendemain de la révolution, TT est en train de poursuivre ses travaux pour pouvoir couvrir la totalité des régions», a affirmé M. Ben Mahmoud. Et d’ajouter : «N’oublions pas les 56 jours de grèves et de sit-in qui ont grandement affecté l’entreprise. A quoi s’ajoutent les vols des câbles en cuivre qu’il faut remplacer tout de suite, quittes à travailler 48 heures sans relâche pour ne surtout pas décevoir les clients de TT, qui assure finalement un service public».

Comment réussir le pari (et le défi) de satisfaire l’abonné de TT quand l’entreprise est, depuis le 14 janvier, victime de pillages consécutifs ? C’est là un vrai problème, admet notre interlocuteur. Il confirme : «349 vols et autant de plaintes. Il y a eu des arrestations un peu partout dans les régions. Mais le phénomène qui a toujours existé a, pris ces derniers mois des proportions inquiétantes. Et c’est pour ces raisons-là que TT est en train de se déployer pour qu’il n’y ait ni perturbation ni interruption, ni des lignes ni d’Internet».


Tourets de câbles optiques.

La facture est très salée

Quant on sait que le prix d’un kg de cuivre est de 6,5 euros (12 dinars) et plus, il y a de quoi s’inquiéter. En ces temps de vide politique et de relâchement sécuritaire, les malfaiteurs, qui semblent bien organisés, n’ont pas cessé de récidiver. «Celui qui vole gagne toujours la partie sur celui qui monte la garde», dit un adage de chez nous.

Ainsi, à peine a-t-on terminé de remplacer les câbles et de réparer les pannes dans une zone, qu’on apprend que d’autres câbles dans une autre région ont été coupés et volés, endommageant les installations et perturbant les lignes téléphoniques et souvent le réseau d’Internet. Ce qui nécessite des interventions rapides. A combien les pertes sont-elles estimées cette année ? «170 km de câbles en cuivre ont été volés. Ce qui a coûté à TT quelque 2.6 millions de dinars. Outre les câbles volés, il faut que des techniciens se dépêchent sur les lieux où les portions de réseau ont été coupés pour intervenir, remplacer et réparer», répond M. Ben Mahmoud. Il ajoute : «Pour TT, peu importe les pertes enregistrées, l’essentiel, c’est que les entreprises et les particuliers ne soient pas affectés et que le roue économique ne s’arrête pas de tourner. Sinon, les pertes seraient encore plus importantes à l’échelle nationale».

     

Contact Pub

Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Notre équipe marketing se chargera de vous contacter. Consultez ici  nos dernières statistiques d'audience

leftAdresse: Résidence Omrane 11, Appartement D13 - El Gazella 2038 , Tunisie.
Tél - Fax: (+216)70.935.882 
Email: kapitalis.comCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid