Dimanche 05 Décembre 2021

Kapitalis, le portail d'informations sur la Tunisie et le Maghreb Arabe

Accueil | Culture | Tunisie-Festival: Jean Michel Jarre enflamme Carthage

Tunisie-Festival: Jean Michel Jarre enflamme Carthage

14

août

2013

à 10:36

j m jarre carthage 8 14

Il l'avait promis lors de la conférence de presse, Jean Michel Jarre souhaitait nous présenter le théâtre antique de Carthage d'une manière inédite. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il ne nous a pas menti.

Par Seif Eddine Yahia

Avant-hier soir, la scène ne ressemblait à rien de ce que nous avions pu voir jusqu'à présent. Jean Michel Jarre souhaitait faire de ce concert une rencontre entre tradition et modernité, et le matériel présent sur scène confirmait cette volonté. Le mélange entre les tapis traditionnels tunisiens et les synthétiseurs et autres machines sorties de la salle de contrôle de l'USS Enterprise offraient un contraste saisissant.

j m jarre 8 14 2

Le public de Carthage re-découvre la fameuse harpe Laser.

Avant le début du show, la scène et les gradins étaient totalement enfumés pour les besoins du show lumineux. Malgré le prix élevé des places, le théâtre était rempli et les spectateurs étaient déjà déterminés à donner de la voix, comme en attestent les réactions suite à l'arrivée de Mehdi Mabrouk, notre actuel ministre de la Culture, parmi les spectateurs du premier rang, accompagnée de huées bien sonores.

Après l'hymne national, la scène vide s'est illuminée et une introduction musicale rappelant fortement le début du morceau polémique ''New Slaves'' de Kanye West, a résonné dans le théâtre. Et alors qu'on attendait une entrée classique du musicien par l'arrière de la scène, celui-ci a tenu à passer par les gradins. Standing-ovation et applaudissements des spectateurs lors de la descente du musicien au milieu du public.

j m jarre 8 14 3

Jarre rend hommage à Carthage, berceau de «la plus vieille démocratie de l'histoire».

Heureux de jouer dans le «berceau de la plus vieille démocratie du monde»

En montant sur scène, Jean Michel Jarre a tenu à déclarer son amour pour la Tunisie et le plaisir qu'il avait à jouer dans un des plus beaux sites de l'histoire de l'humanité, berceau de «la plus vieille démocratie de l'histoire».

Après ce discours qui a ravi le public, l'artiste a commencé par ''Oxygène part. II''. Jean Michel Jarre a ensuite tranquillement commencé le show lumineux avec les parties 5 et 7 d'''Equinoxe''. Un voyage sur un synthétiseur était proposé à l'écran alors qu'une cage laser encerclait le compositeur et ses trois musiciens.

j m jarre 8 14 4

Entouré de ses deux complices de claviers et de son batteur, Jarre a réservé ses meilleurs effets et ses morceaux les plus festifs

La musique s'est soudainement arrêtée, et à l'image d'un autre grand artiste qui nous a quittés il y a quatre ans, Jean Michel Jarre a enfilé ses gants devant un public avide de savoir quelle surprise il allait lui réserver. Armé de ses gants, l'artiste s'est dirigé vers le devant de la scène pour commencer ''RDV3'' sur un instrument qui fait désormais partie de sa légende: la harpe laser. L'instrument, utilisé à deux reprises lors du concert, diffuse 8 lasers projetés vers le ciel. Une fois touchés par l'artiste, ces faisceaux produisent une note spécifique. L'instrument, très utile dans le cadre d'un show alliant sons et lumières, a fait un très gros effet sur le public.

Comme il l'avait promis à la conférence de presse, le musicien français a également fait usage du Thérémine, connu pour avoir été le premier instrument de l'histoire de la musique électronique. Pendant 5 minutes, le compositeur a montré l'étendue des capacités de cet instrument inventé en 1919.

j m jarre 8 14 5

L'artiste fait corps avec ses synthétiseurs pour produire un show féérique.

Un hommage aux femmes tunisiennes et à SOS Villages d'Enfants

A la veille de la journée de la femme, Jean Michel Jarre a souhaité saluer la femme tunisienne, avec une pensée particulière pour celles qu'il avait rencontrées lors de sa visite du Village SOS de Gammarth, samedi dernier.

Souvenirs de Chine, le morceau suivant a donné lieu à la projection d'un film intitulé ''Masks'' et reprenant dans ses effets visuels les variations du morceau.

Par la suite, les différentes variations d'''Oxygène'', ''RDV'' et ''Equinoxe'' ont permis à Carthage de vibrer et de briller de mille feux tout au long de la soirée grâce aux différents jeux de lumière.

Le public était bien évidemment heureux d'entendre, à la fin du concert, le morceau ''Oxygène 4'', qui avait fait connaitre l'artiste sur l'ensemble de la planète dans les années 70 et s'est levé comme un seul homme pour acclamer ce classique de la musique contemporaine.

Au premier départ de Jean-Michel Jarre, le public était debout, les applaudissements redoublaient d'intensité et tout le monde souhaitait un retour de l'artiste. Et c'est drapé de l'étendard tunisien que le musicien est revenu sur scène : une manière de plus de déclarer son amour à notre pays. Entouré de ses deux complices de claviers et de son batteur, il avait bien évidemment réservé ses meilleurs effets et ses morceaux les plus festifs pour le rappel, montrant qu'il était encore capable de nous surprendre après plus d'une heure trente de show.

Quatre compositions ont été interprétées lors de ce rappel, dont ''Téo et Téa'', extrait de son album éponyme sorti en 2007. En confiance pendant le rappel, le musicien s'est même permis, pour un des morceaux, de sortir un clavier de commande (ou keytar), instrument un peu daté qu'on avait plus revu depuis la grande époque des Modern Talking dans les années 80.
Pour le dernier morceau, intitulé ''Fin de siècle'', Jean Michel Jarre a souhaité que chaque spectateur participe à l'aide de son téléphone portable ou de son briquet, et c'est donc sous une pluie d'étoiles artificielles que le pionnier de la musique électronique a quitté la scène de Carthage.

j m jarre 8 14 6

C'est sous une pluie d'étoiles artificielles que le pionnier de la musique électronique a terminé son concert à Carthage.

Un moment de communion

Avant-hier soir, il s'est passé quelque chose d'unique à Carthage: un véritable moment de communion entre un artiste et un public. Pour la première fois depuis le début du festival, on a vu tout le public adhérer à un artiste, si bien que même les chaises du premier rang, habituellement peu enclines au mouvement, se sont animées lors de cette soirée. Que l'on aime ou non la musique électronique et le style de Jean Michel Jarre, on ne pouvait que rester scotché devant la performance d'hier. Une réussite totale.

     

Contact Pub

Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Notre équipe marketing se chargera de vous contacter. Consultez ici  nos dernières statistiques d'audience

leftAdresse: Résidence Omrane 11, Appartement D13 - El Gazella 2038 , Tunisie.
Tél - Fax: (+216)70.935.882 
Email: kapitalis.comCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid