Mardi 20 Novembre 2018

Kapitalis, le portail d'informations sur la Tunisie et le Maghreb Arabe

Accueil | Afkar (2) | Hommage à Mokhtar Fakhfakh (1930-2014): La Biat... la part des hommes

Hommage à Mokhtar Fakhfakh (1930-2014): La Biat... la part des hommes

9

novembre

2014

à 13:25

Biat-Mokhtar-Fakhfakh-Banniere

Feu Mokhtar Fakhfakh, qui vient de nous quitter, Pdg de la Biat, pendant plus de 20 ans, a marqué profondément cette institution et tous ceux qui l'ont servie sous sa conduite.

Par Abdelfatteh Fakhfakh*

Dimanche 2 novembre 2014. Banlieue Nord de Tunis. Cimetière de Gammarth. Le cimetière est noir de monde. Ils sont tous venus accompagner Mokhtar Fakhfakh à sa dernière demeure. Il y avait, outre les membres de sa famille, ses amis, ses anciens collaborateurs, ses successeurs à la tête de la Biat, des co-administrateurs de la Banque et, plus généralement, les professionnels du secteur, ceux du tourisme, ceux des affaires, des figures du monde sportif (la famille du CSS en particulier), quelques artistes, des hommes politiques, et de simples gens, des anonymes, beaucoup d'anonymes...

Une expérience professionnelle éloquente

Tout s'explique quand on «feuillette» l'album professionnel du défunt. Sans nous soucier d'un ordre chronologique précis, nous dirons que l'homme est passé par la SHTT (tourisme), par des ministères (Industrie et Commerce; Plan et Finances) et ce sera en tant que cadre à la Banque centrale de Tunisie (BCT) qu'il entamera sa carrière bancaire. Il passe par la Société nationale d'investissement (devenue BDET), la Compagnie financière et touristique (Cofit), la Banque du Sud (aujourd'hui Attijari Bank), puis participe à la création et au développement de la Biat (à laquelle son image sera à jamais associée), aux côtés de Mansour Moalla et de Habib Bourguiba Jr.

Vingt ans, et plus, au service de la Biat...

Mokhtar Fakhfakh deviendra le Pdg de la Banque en 1980 et assurera cette fonction pendant plus de 20 ans. Diriger une banque sur une aussi longue période la marque. Les successeurs de Mokhtar Fakhfakh, à savoir Chakib Nouira, président du directoire en 2001, Ismaïl Mabrouk, président du conseil d'administration, en 2009, ne tariront pas d'éloges à l'endroit de leurs prédécesseurs et de Mokhtar Fakhfakh, en l'occurrence.

Il faut dire que Mokhtar Fakhfakh était un banquier «né», c'est-à-dire qu'il avait une parfaite connaissance de son métier. Il était surtout un manager hors pair. Ses qualités humaines et professionnelles, sa rigueur, sa maîtrise de l'expression et du comportement, son sens de l'écoute étaient unanimement reconnus tant par le personnel, les clients que les actionnaires.

Soyez inventifs, soyez créatifs!

Son sens de la délégation a souvent fait pousser des ailes à ses collaborateurs. Il savait qu'il ne pouvait être omniprésent, alors incitait le plus souvent à bien faire. Son crédo peut se résumer en cette injonction: «Soyez créatifs, inventifs, prenez des initiatives et si il y a des retombées négatives, je serais là pour vous défendre et vous protéger», disait-il le plus souvent à ses collaborateurs et en particulier à ceux qui étaient face au client.

C'est ainsi qu'il a réussi à s'entourer – le mérite lui revient tout autant à lui qu'à d'autres responsables de la banque – des meilleurs compétences dans le pays et qu'il a su longtemps fidéliser, car Mokhtar Fakhfakh croyait plus que tout à l'apport de ressources humaines...

La dimension humaine et sociale

Ce qui distinguait Mokhtar Fakhfakh c'est probablement la part faite aux hommes et sa proximité avec le personnel et les partenaires sociaux. Est-ce que son appartenance à la gauche, du temps de sa jeunesse, y était pour quelque chose? Fort probablement pense-t-on. Mais on peut ajouter, sans risque de se tromper, le sens de la souplesse et de la générosité. Dans les négociations sociales, l'homme a toujours su trouver les compromis nécessaires avec les représentants du personnel en général (et les représentants syndicaux en particulier) au point où la méthode est quasiment institutionnalisée au sein de la banque. Il est indubitable que la Biat a cette «touche sociale» à nulle autre pareille dans le secteur bancaire tunisien.

Dans le même ordre d'idées, Mokhtar Fakhfakh veillait à la dignité du personnel de la banque. Il en faisait son affaire personnelle. Il lui arrivait des fois de rentrer dans de grandes colères chaque fois qu'il apprenait qu'un employé était victime d'une injustice flagrante, d'une humiliation. Il était à l'écoute et veillait à assurer les droits des uns et des autres. Mais, il veillait tout aussi fort au respect mutuel et au respect de la hiérarchie.

Sur le plan culturel, Mokhtar Fakhfakh était de ceux qui ont le plus encouragé le mécénat culturel dans le secteur bancaire. Il s'entourait le plus souvent d'artistes (peintres, sculpteurs, musiciens, cinéastes...) qu'il encourageait. Mieux encore, il fut l'un des premiers à rapprocher les peintres, les sculpteurs d'un côté et les professionnels du tourisme de l'autre, ce qui a permis à des œuvres d'art d'être découvertes et appréciées et ce, en apportant un supplément d'âme dans ces lieux...

Restituer l'histoire de la banque...

Comme nous aurions aimé que la riche expérience et les pratiques professionnelles de ce grand banquier aient fait l'objet d'écrits et soient mémorisées, mais ce ne sont pas là les seules occasions perdues, sachant que le «déficit de mémoire» est encore plus regrettable vu qu'il se traduit, malheureusement, par l'absence écrite d'une histoire de la banque, près de 40 ans après sa création (Même s'il faut reconnaître, à la décharge de la Biat, que le «mal» est hélas national et qu'il touche tous les secteurs).

C'est dans cet ordre d'idées que nous en appelons à l'écriture de l'histoire de la Biat sachant que celle-ci apportera énormément en clartés supplémentaires sur les racines de la banque, sa culture, son identité, son évolution et sa spécificité par rapport à ses concurrents et/ou à ses homologues étrangers.

Des hommages ont été rendus dans le passé, à feu Hassouna Zghal, à feu Habib Fourati, à feu Riadh Béjar et à d'autres encore... D'autres hommages sont à rendre, au-delà de celui rendu aujourd'hui à Mokhtar Fakhfakh, un hommage qui – soulignons le – ne prétend en aucun cas faire œuvre d'histoire.

Aux hommages dus à ceux qui nous ont quittés, rendons hommages à ceux qui vivent encore et, à travers eux, tous, au «peuple» de la Biat qu'il soit dans le siège de la Banque ou dans le réseau des agences.

Formons, pour finir, le vœu que Dieu le Tout Puissant accorde son Infinie Miséricorde au défunt et l'accueille dans son Eternel Paradis

(*) Ancien cadre de la Banque et proche parent du défunt.

     

Contact Pub

Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Notre équipe marketing se chargera de vous contacter. Consultez ici  nos dernières statistiques d'audience

leftAdresse: Résidence Omrane 11, Appartement D13 - El Gazella 2038 , Tunisie.
Tél - Fax: (+216)70.935.882 
Email: kapitalis.comCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid