Jeudi 09 Décembre 2021

Kapitalis, le portail d'informations sur la Tunisie et le Maghreb Arabe

Accueil | Afkar (2) | Tunisie: Face au péril islamiste, les progressistes doivent s'unir de nouveau

Tunisie: Face au péril islamiste, les progressistes doivent s'unir de nouveau

27

juin

2014

à 10:51

bardo 2 mars 2014 banniere 3 2

Alors que le parti islamiste Ennahdha pousse son avantage en perspective des prochaines élections, les partis progressistes n'ont qu'une solution: se rassembler de nouveau.

Par Rachid Barnat

Il est devenu clair que, grâce à la division des partis progressistes, les islamistes ont obtenu ce qu'ils voulaient, c'est-à-dire un régime parlementaire, une limitation des pouvoirs du président, mais surtout que les élections législatives se passent avant la présidentielle.

Ghannouchi au coeur du jeu politique

Est-ce innocent? Bien sûr que non et cela devrait être évident pour tout le monde. En mettant les législatives avant la présidentielle, les islamistes comptent sur la division des partis progressistes, sur leur émiettement; alors qu'eux-mêmes seront unis et leurs électeurs mobilisés.

On voit déjà que Nida Tounes veut aller à la bataille seul, sans ses associés.

Ce pari des islamistes est donc très intelligent et, quoiqu'il arrive, les islamistes devraient en sortir gagnants.

Ou bien ils obtiendront une majorité: soit seuls (c'est peu probable), soit avec une alliance comme la dernière fois! Car Ghannouchi saura trouver d'autres ambitieux pour remplacer Moncef Marzouki et Mustapha Ben Jaâfar qu'il a su tirer vers lui pour mieux les étouffer.

C'est là une hypothèse beaucoup plus sérieuse, puisque l'opposition dans son ensemble a tout fait pour maintenir dans le jeu politique Ghannouchi et son parti, considérant Ennahdha incontournable et indispensable à la vie démocratique tunisienne, malgré tous les crimes politiques qu'elle a cumulés en si peu de temps au pouvoir! Et ce, contre la volonté des Tunisiens qui n'ont eu de cesse de réclamer l'élimination des Frères musulmans de la scène politique pour cause de fascisme et de terrorisme!

Et voilà comment les Tunisiens repartiront pour un tour avec à la clé la régression et l'islamisation rampante du pays, à cause d'une opposition sourde à leurs réclamations.

C'est-à-dire, une impossibilité d'assurer la sécurité et donc la continuation de la crise économique, le manque d'investissement, la corruption endémique et toujours cette islamisation régressive.

Ou bien ils resteront minoritaires mais on aura, en face, une assemblée avec de multiples partis et la nécessité de coalition qui se feront et se déferont selon les desiderata de Ghannouchi, champion dans la manipulation et la corruption des hommes politiques; et qui paralyseront le pays comme ils l'ont déjà fait en 3 années de troïka dominée par Ennahdha !

Est-ce vraiment le moment d'avoir un pouvoir divisé, sans projet commun, à la merci du chantage des uns et des autres? Alors que le pays se doit d'avoir une politique ferme et novatrice pour faire progresser la situation, on se trouvera en présence d'un pouvoir impuissant, contraint de tergiverser des mois et des mois pour obtenir ce fameux consensus, qui n'est que le choix inefficace entre deux thèses incompatibles; avec à la clef au mieux des demi-mesures, là où il faudrait une ligne claire. Ce sera des délais sans fin, pour faire la moindre réforme. C'est très grave.

On peut admettre qu'il y ait deux groupes de partis: d'un côté la droite et le centre droit et d'un autre la gauche et l'extrême gauche mais c'est la seule division qui a, quelques raisons d'exister, même si, de mon point de vue elle aurait pu attendre pour exister pleinement que les islamistes soient mis hors d'état de nuire.

Toutes les autres divisions sont factices et ne sont que l'expression de petites ambitions personnelles qui poussent des politiciens sans scrupules et sans envergure à vouloir exister au risque de compromettre l'avenir du pays.

L'ultimatum aux partis progressistes

Si l'opposition progressiste est à ce point impuissante à se réunir sur un socle commun qui existe, pour battre les islamistes; alors il est indispensable et urgent que la société civile réagisse avec force car c'est la dernière chance pour le pays.

Comment peut-elle faire? Elle doit adresser un message clair aux partis progressistes sous forme d'un ultimatum:

- ou bien vous vous unissez avec un programme commun, sur des bases qui peuvent faire consensus, la priorité étant de battre les islamistes et de les mettre hors d'état de nuire; et vous présentez des candidats communs;

- ou bien vous allez à la bataille en ordre dispersée, et dans cette hypothèse, la société civile ne veut pas participer à cette mascarade dangereuse et boycottera fermement ces élections. Les islamistes, dans ce cas, l'emporteront ! Mais ils l'emporteront de toute façon, si vous allez à la bataille en ordre dispersée.

Cet appel au boycott est une arme politique pour obliger certains à réfléchir et à agir dans le sens de l'intérêt du pays. C'est donc le contraire d'une indifférence et d'une absence de participation.

Une telle position constituera pour les partis progressistes un sérieux avertissement car ils seront sûrs de perdre alors qu'ils pourraient trouver avec un peu de bon sens et d'amour pour leur pays un socle commun. Déjà beaucoup de Tunisiens appellent à cette union nécessaire.

La création d'un mouvement parait aller dans ce sens : «Badira Watania» (Initiative nationale). Des intellectuels aussi ont lancé «L'appel de Paris» pour demander à Nida Tounes de favoriser l'union. Je ne peux que m'associer à cet appel.

En tous cas, j'appelle d'ores et déjà la société civile à réfléchir et à dire haut et fort sa volonté d'union des partis progressistes.

 

Blog de l'auteur. 

 


Articles du même auteur dans Kapitalis:

Tunisie-Tribune: Nida Tounes ne doit pas pactiser avec les islamistes

L'Égypte du cauchemar islamiste au retour des militaires

Bourguiba avait raison de se méfier des monarchies du Golfe

Que retenir de l'interview de Béji Caid Essebsi sur Nessma TV?

     

Contact Pub

Si vous voulez communiquer sur Kapitalis.com veuillez nous envoyer un mail sur l'adresse suivante Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Notre équipe marketing se chargera de vous contacter. Consultez ici  nos dernières statistiques d'audience

leftAdresse: Résidence Omrane 11, Appartement D13 - El Gazella 2038 , Tunisie.
Tél - Fax: (+216)70.935.882 
Email: kapitalis.comCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Directeur : Ridha Kefi
Rédacteur en chef : Zohra Abid